• Beaulieunaturo

Les Associations alimentaires



Y a t-il de mauvaises associations alimentaires ?


La réponse est "oui".


Certaines associations ne sont pas "idéales" d'un point de vue digestion et ce n'est pas forcement celles auxquelles on pense.


En effet, qui n'a jamais accompagné son poisson d'un bon riz ? , ou encore sa viande de pâtes à la sauce tomate ? ou encore les fameuses moules/frites ?

qui n'a jamais achevé son repas sur un fruit ou une salade de fruits (avec en plus une bonne conscience affichée - un fruit c'est léger !), qui n'a pas succombé au melon/jambon de parme en entrée d'un repas d'été ?


Pourtant tous ces aliments sont sains, on ne parle ici que de produits bruts, non transformés et donc, à priori, d'un bon départ pour prendre soin de santé.


Alors ou est le problème ?

Et bien le problème vient du temps et du lieu de digestion de ces aliments par notre organisme et de notre milieu acido-basique.


Toute d'abord, chaque catégorie d'aliment va avoir un temps de digestion propre.

ainsi


👉 la digestion des protéines dites fortes (poisson, viande, oeuf) va se situer au niveau de l'estomac et de l'intestin grêle ou elles mettront en moyenne entre 4 ou 5h pour y être dégradées

👉 la digestion des crustacés prendra environ 4 à 8h

👉la digestion des produits laitiers prendra entre 45 mm et 2h

👉 la digestion des fruits secs et des graines (courge, sésame, tournesol) est relativement longue et peut prendre environ 2h

👉la digestion des céréales et légumineuses débute dans la bouche et continue dans le grêle, il faut compter environ 90mn

👉les légumes cuits afficheront un temps de digestion d'environ 1h

👉Les légumes crus auront besoin d'environ 40mn

👉 les fruits sont digérés dans le grêle en environ 20 à 40 mn

👉 les jus de fruits ou de légumes environ 15 mn

👉 l'eau, quant à elle, passe quasi instantanément dans l'intestin.


Ainsi, au cours d'un même repas, si des aliments avec des temps de digestion trop différents sont consommés, ceux qui nécessitent moins de temps pour être assimilés resteront "coincés" par les autres en attendant leur traitement par l'organisme.


L'aliment ainsi bloqué, bien souvent glucidique, va voir ses sucres fermenter et produire ainsi ballonnements et gaz.


C'est le cas de la salade de fruits en dessert, qui en temps normal est assimilée (si consommée seule) en environ 30 mn et qui restera bloquée dans l'estomac en attendant que les autres aliments consommés au préalable (viandes, féculents, légumes ...) ne soient à leur tour dégradés.


Mais ce n'est pas tout ; L'acidité de certains aliments peut également poser problème et générer des inconforts, s'ils sont consommés avec des aliments riches en amidon. La digesiton des amidons (nom du glucide complexe contenu dans les féculents), type riz, pâtes, pommes de terre, céréales, légumineuses, farines, pains... débute dans la bouche grâce à l'amylase salivaire (enzyme digestive). Cette décomposition sera stoppée par l'acidité de l'estomac avant de reprendre dans le duodénum (1ère partie de l'intestin grêle).


Ainsi lorsque que l'on consomme un acide en même temps qu'un aliment riche en amidon, l'acide va bloquer l'action de l'enzyme salivaire ; la digestion sera donc altérée, plus laborieuse, entrainant ballonnements, reflux acide, et malabsorption.


Les pâtes à la sauce tomate ne sont donc pas, au vu de cette analyse, une association heureuse pour un système digestif épanoui.

De la même façon, l'association protéines/amidon n'est pas idéale car la digestion des protéines au niveau de l'estomac bloque celle de l'amidon ; ainsi le steak / pates ou le riz /poisson est une "vraie fausse" bonne idée.

Il est à noter que l'ajout de légumes verts avec ce type d'associations améliore toutefois l'assiette globale.


Le principe des combinaisons alimentaires a été développé aux Etats-Unis par l’hygiéniste Herbert M SHELTON. Mais son approche, poussée à l'extrême, est très controversée car trop dissociée. En effet, une dissociation trop importante des aliments, peut, sur un long terme, engendrer des carences et perturber l'assimilation des nutriments (en accélérant de trop la digestion).


En s'inspirant des travaux de SHELTON, tout en conservant des limites, il est possible de mettre en place une alimentation bénéfique pour la santé et efficace pour limiter les inconforts digestifs.


Pour y voir plus clair, voici un tableau des associations qui reprend ces combinaisons ; à garder en tête lors de la confection de son repas particulièrement pour ceux qui souffrent d'une digestion ralentie ou d'inconforts.


Légende

Protéines fortes : viande, poisson, crustacés, oeufs

Protéines faibles : légumineuses, soja, tempeh, tolu, oléagineux, champignons

Farineux forts : blé (pain, pates..), orge, avoine, mais, riz, sarrasin

Amidons faibles : patate douce, pomme de terre, potimarron, quinoa

Aliments spécifiques : melon, pastèque, miel


Certaines associations d’aliments sont acceptables, comme les protéines fortes avec des amidons faibles ou des protéines faibles avec des farineux forts mais pour un système digestif performant, il est préférable d'accompagner ses protéines de légumes cuits ou crus qui s'accommoderont avec tout (sauf les aliments spécifiques qui ne se consomment que seuls car leur digestion est très rapide).

Nota :

Les fromages frais, yaourts autres que de vache (de chèvre, soja, brebis) peuvent être associés avec des fruits ou légumes cuits ou crus mais Il ne faut pas les mettre en fin de repas.


Vous avez à présent tous les outils pour confectionner des repas facilement assimilables et dire adieu aux digestions laborieuses.


Prenez soin de vous 🙏


© 2018 - 2020 par BeaulieuNaturo.

Créé avec Wix.com  

Mentions légales :